Association Capucine & Cie
Association Capucine et compagnie
Crickette
Association Capucine et compagnie
Mika
Association Capucine et compagnie
Léna
Association Capucine et compagnie
Vicky
Association Capucine et compagnie
Candice & Vicky
Dysplasie de la hanche chez les chiens

La dysplasie de la hanche se présente comme une malformation de l’articulation coxofémorale : la tête du fémur ne s’emboîte pas parfaitement dans sa cavité. Il en résulte un mouvement erroné du postérieur, qui s’observera de manière plus ou moins frappante. Dans les cas les plus légers, la dysplasie peut être quasiment asymptomatique mais dans les cas les plus avancés, le chien ne peut même plus marcher.

La dysplasie de la hanche frappe surtout les chiens de moyenne et grande taille. Le poids du chien augmente également le facteur de risque : les Saint-Bernard présentent ainsi un risque plus élevé de dysplasie que chez le Berger allemand par exemple.

Cette maladie ayant une composante héréditaire, il est indispensable d’empêcher les sujets porteurs de se reproduire, qu’ils soient mâles ou femelles. L’information et la prévention dans cette affection canine ont grandement contribué à améliorer la situation : tous les éleveurs aujourd’hui sont sensibilisés à ce problème et ne se risqueront jamais à faire reproduire un chien dysplasique. Mais cela ne suffit pas : d’une part parce que le gène héréditaire est très complexe (il semblerait, de fait, que la dysplasie ne dépende pas d’un seul gène mais de l’influence combinée de plusieurs gènes) et d’autre part parce que le facteur héréditaire n’est pas seul en cause. On relève des facteurs liés à l’environnement, à l’alimentation et à des chocs traumatiques pouvant favoriser l’apparition de cette maladie chez le chien.

La dysplasie peut être atténuée voire, pour certains sujets affligés de pathologie légère, réellement soignée. On intervient chirurgicalement et les actes vont de la résection du muscle pectiné (myotomie pectinée) à l’ablation de la tête du fémur. Le chirurgien pourra intervenir différemment suivant le type de dysplasie en cause et son degré de gravité mais il ne pourra pas toujours garantir un résultat optimal.

Des spécialistes du monde entier se penchent actuellement sur le problème de la dysplasie de la hanche. Si le chien est épargné par la dysplasie, on apposera un « A » (en guise de « accepté ») sur le feuillet de couverture du pedigree. À l’intérieur seront détaillées d’autres données relatives au résultat de l’examen radiographique et au degré d’exemption (normal, quasinormal, encore admis).

Dès le moment où vous décidez de faire naître des chiots, vous en devenez responsable. Cette raison ne saurait néanmoins être l’unique motivation pour une radiographie de votre chien. En effet, le diagnostic précoce de la dysplasie de la hanche peut permettre une thérapie curative partielle ou simplement limitative des effets douloureux pour le chien.

Chaque chien ayant été soumis à une radiographie officielle sera tatoué à l’intérieur de l’oreille d’un matricule. Le tatouage est effectué immédiatement après la radio, quand le chien est encore sous anesthésie générale, éliminant ainsi tout risque de douleur.

Il est toujours difficile de déceler les symptômes de dysplasie de la hanche chez le chiot ou chez le nouveau-né. Cela dit, entre 4 et 6 mois, les sujets les plus gravement atteints peuvent déjà montrer des difficultés à se relever après être restés quelques temps en position assise.

Il est quasiment impossible de savoir si un chiot est atteint de dysplasie de la hanche en observant sa seule démarche. Les « apprentis experts » qui dispensent leurs conseils à tort et à travers, affolant de crédules maîtres rencontrés en promenade avec leur chiot, par des diagnostics complètement erronés, se laissent souvent leurrer par une oscillation des jarrets ou par certains mouvements saccadés du postérieur : ces phénomènes sont dus à la croissance et ne sont en aucun cas liés à une quelconque pathologie.

Quelles sont les causes de la dysplasie ?

La dysplasie de la hanche chez le chien est une affection héréditaire. On la rencontre plus fréquemment chez les chiens de grande et moyenne race. Labradors et golden retriever, Bergers Allemands, Rottweiler en sont plus souvent atteints mais cette liste est loin d’être exhaustive !

L’affection est liée à des anomalies sur de nombreux gènes, ce qui la rend difficile à éradiquer par la sélection génétique pratiquée par les éleveurs. La dysplasie figure d’ailleurs sur la liste des vices rédhibitoires du chien, selon lesquels l’acquéreur d’un chien affecté peut en demander le remboursement intégral.

Il est reconnu que des facteurs extérieurs, autres que la seule transmission héréditaire, sont également impliqués dans l’apparition de la maladie tels que :

  • l’excès d’exercice chez les chiots avant la fin de leur croissance
  • une alimentation mal équilibrée trop riche en énergie et/ou trop riche en calcium
  • des traumatismes articulaires chez les chiots provoquées par des chutes (sol glissant, sauts mal réceptionnés…).

Cela sous-entend qu’il est donc possible de prévenir l’apparition d’une dysplasie en prodiguant une alimentation équilibrée et de bonne qualité au chien, adaptée à son âge et à sa race et en ménageant les chiots pendant leur période de croissance. Il faut en effet éviter de leur faire pratiquer des activités physiques intensives, trop longues ou avec risque d’impact.

Quels sont les signes de la dysplasie chez le chien ?

Les signes de la dysplasie sont variés et peu spécifiques. On peut observer chez un chien dysplasique un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • un fessier peu musclé et les os des hanches saillants,
  • une démarche chaloupée avec un dandinement de l’arrière train surtout observable chez le chiot,
  • une façon de courir inhabituelle avec les deux pattes arrières qui reviennent en même temps à la façon d’un lapin,
  • une raideur et/ou des difficultés à se relever,
  • une boiterie plus marquée le matin à froid,
  • des difficultés pour sauter ou pour monter un escalier.

Pour confirmer ou infirmer la présence d’une dysplasie, le vétérinaire devra pratiquer une radiographie en plus de l’observation de la démarche du chien et d’un examen orthopédique. Les dysplasies sont classifiées selon 5 types, notées de A à E, de l’absence de signe de dysplasie à la dysplasie grave.

Peut-on soigner la dysplasie de la hanche chez le chien?

Le traitement de la dysplasie peut être médical ou chirurgical.

Le traitement médical de la dysplasie

Pour soulager la douleur provoquée par l’arthrose, le chien dysplasique peut être placé sous traitement anti-inflammatoire. Il existe également de nombreux médicaments chondroprotecteurs dont le rôle est de ralentir l’évolution de l’arthrose en préservant le cartilage de l’articulation.

Le traitement chirurgical de la dysplasie

Les techniques d’intervention chirurgicales pour traiter la dysplasie de hanche sont nombreuses. Elles sont choisies par le vétérinaire, au cas par cas, en fonction de la gravité de la maladie et de l’âge de l’animal. Parmi ces techniques, on peut citer :

  • la Résection de la Tête et du Col du Fémur qui consiste au retrait de la tête et le col du fémur. Cette opération supprime l’articulation de la hanche. Elle n’est indiquée que chez les chiens assez légers, qui présentent une bonne musculature des fessiers pour leur assurer par la suite une bonne récupération de leur mobilité. On ne la pratique que chez les chiens qui présentent des douleurs à la hanche non soulagées par les traitements médicamenteux.
  • La Triple ou la Double Ostéotomie du Bassin consiste à recréer une articulation de hanche normale en pratiquant une découpe des os du bassin. Cette opération est réservée aux jeunes chiens dépourvus d’arthrose car elle ne permet pas de la supprimer.
  • La prothèse de hanche permet de recréer une articulation parfaite de la hanche. Elle consiste à remplacer la tête du fémur et la cavité de l’os du bassin qui la reçoit par des implants artificiels. Elle est indiquée chez les chiens qui ont des douleurs non soulagées par les traitements classiques. Elle est en revanche très onéreuse mais permet au chien de ne plus souffrir après l’opération et donc de se passer à vie de traitement anti-inflammatoire.

Il existe d’autres opérations qui permettent de soulager le chien de ses douleurs articulaires liées à l’arthrose, comme la dénervation de la capsule articulaire, ou à la contracture des muscles associées à la maladie comme la myotomie des pectinés.

Chez les très jeunes chiots âgés de 12 à 20 semaines à risque de développer une dysplasie, on peut également pratiquer une opération appelée la symphysiodèse. Elle consiste en un blocage de la croissance d’une partie du bassin destiné à prévenir la dysplasie et l’apparition d’arthrose.

Conseils du vétérinaire sur la dysplasie de la hanche chez le chien

Le docteur Guillaume Ragetly, chirurgien de l’hôpital vétérinaire Frégis à Paris vous donne quelques conseils :

La dysplasie est une malformation ou déformation résultant d’une anomalie du développement d’un tissu ou d’un organe, qui survient au cours de la période embryonnaire ou après la naissance,
La dysplasie de la hanche est donc une malformation ou déformation de la hanche et c’est une maladie complexe. Votre chien développe une laxité de la hanche, c’est à dire des mouvements non naturels, qui va entraîner des dommages irréversibles au niveau de l’articulation.

La première chose à faire pour aider son chien, est de dépister cette maladie. En effet, dès 4 mois, on peut connaître les risques de votre chien, et mettre en place des techniques pour protéger ses articulations, à vie.

Par contre, si la dysplasie n’a pas été traitée très tôt, alors on se retrouve dans une situation où votre chien boite, et il faut maintenant l’aider avec des solutions qui dépendent de nombreux facteurs, comme l’âge de votre chien, son degré de souffrance et son degré d’arthrose.

Mon conseil est de bien réfléchir à chaque option avec votre vétérinaire spécialiste en chirurgie, car il faudra faire le bon choix, prendre du temps pour évaluer votre chien, et discuter de chaque option en soulignant leurs avantages et leurs inconvénients.

Les 2 principales options sont la double ostéotomie du bassin et la prothèse de hanche.

Alors, la double ostéotomie du bassin c’est quoi ? C’est une intervention de chirurgie visant à modifier l’axe d’un ou de plusieurs os, elle est réservée aux chiens de moins de 10 mois qui n’ont pas d’arthrose, et sachez que les complications sont rares.

Enfin, ma prothèse de hanche fonctionnent pour tous les âges, c’est le remplacement d’une articulation abimée par une articulation synthétique parfaite. C’est la meilleure solution pour restaurer une excellente fonction de la hanche mais son coût est très élevé.

Pour résumé, la dysplasie de la hanche de votre chien est une maladie complexe. Elle se dépiste dès 4 mois. Et lorsqu’il faut envisager un traitement, il est important de consulter un vétérinaire spécialiste en chirurgie pour bien passer en revue toutes les options, leurs avantages et leurs inconvénients.